Espace Membre
-A A +A
Imprimer

La gouvernance de l’ONPE

L’Observatoire national de la précarité énergétique est un outil d’observation et un instrument d’analyse des politiques publiques de lutte contre la précarité énergétique au service des acteurs nationaux et territoriaux.

La gouvernance de l’ONPE se caractérise par :

  • Une Présidence et vice-Présidence assurée par les Présidents de l’ADEME et de l’Observatoire National de la Pauvreté et de de l’Exclusion Sociale (ONPES, Pdt : Jérôme Vignon)
  • Un comité stratégique pluriel, regroupant les tutelles et les membres financeurs de l’Observatoire. Ce comité définit et valide les orientations stratégiques de l’observatoire et son programme de travail, valide le budget, s’assure de la qualité des données collectées auprès des membres, veille au respect des conventions et engagements.
  • Un comité de partenaires, qui associe des représentants de la société civile et des acteurs intéressés, soit 24 partenaires d’horizons différents. Le comité des partenaires suit l’avancée des travaux des prestataires dans les groupes thématiques dédiés, formule des propositions d’études à mener, élabore des notes, avis ou recommandations.
  • Un secrétariat de l’ADEME chargé de piloter et de coordonner les travaux.

L’ONPE anime quatre groupes thématiques (GT) composés de ses partenaires, chargés d'assurer le suivi et la qualité des travaux :

  • Un GT Ménages,
  • Un GT Données,
  • Un GT Diagnostic territorial,
  • Un GT Décence.

En outre, divers groupes de travail se réunissent régulièrement, animés par l’ADEME.

 

Un nouveau Président

Arnaud LEROY est le Président de l’ADEME depuis le 14 mars 2018, et de ce fait devient le nouveau Président de l’ONPE.

 « Pour ce qui est de la précarité énergétique, je tiens à vous assurer que, durant mon mandat, il n’y aura aucun désinvestissement de l’ADEME en la matière. Je suis conscient du fait qu’un grand nombre de nos compatriotes en sont aujourd’hui réduits à devoir choisir entre se chauffer et manger ou se soigner, et c’est, de mon point de vue, quelque chose que l’on ne devrait pas voir au sein de la cinquième puissance mondiale. En tout état de cause, c’est un phénomène qu’il faut résolument combattre ».

C’est en ces termes que le Président s’est adressé aux membres de l’Assemblée Nationale lors de son audition le 7 mars 2018.