mur moisi par l’humidité

Résultats de la campagne 2017 de l'enquête TREMI de l'Ademe

L’enquête TREMI – pour Travaux de Rénovation Énergétique des Maisons Individuelles – réalisée pour l'Ademe entre 2014 et 2016 auprès de 45 000 ménages français a dévoilé ses chiffres le 17 octobre 2018

Pendant la période 2014-2016, 5,1 millions de ménages en maisons individuelles ont réalisé des travaux, soit 32% du parc de maisons françaises (pour 59,3 milliards d’euros de travaux).

L’enquête montre que une opération sur cinq (20%) a permis de faire gagner une classe de DPE, quand 75% des travaux de rénovation en maisons individuelles n’ont pas permis à ces logements de changer de classe DPE. Le coût moyen des travaux pour gagner un niveau sont de 15.900 euros par logement, et de 25.900 euros pour gagner deux niveaux. La plupart des travaux en sont restés à un coût de 9.700 euros (DPE stable). 

Les aides de l’ANAH ont un effet déclencheur plus marqué que les autres : 37% des ménages y ayant eu recours déclarent que l’aide leur a permis de lancer le projet de travaux, contre 18% en moyenne parmi les ménages ayant touché une aide.

10 % des ménages ayant réalisé des rénovations permettant 2 sauts de classe énergétique ou plus sont des locataires (alors qu'ils représentent 21% des ménages français), et 15% ont moins de 19000€ de revenus (ils représentent 23% des ménages français). Sans surprise, ces résultat viennent donc confirmer que le statut de « locataire » ou un niveau de revenus faible ne sont pas propices à la réalisation de travaux énergétiques dans son logement.