Un homme avec une ampoule électrique dans la main

Action Logement débloque 9 milliards d’euros en faveur des plus modestes (source : Le Monde)

Ce « plan d’investissement massif » pour la période 2019-2022 est destiné en priorité à aider les locataires et propriétaires aux moyens limités à rénover leur habitat.

Action Logement, l’organisme chargé de collecter la participation des entreprises à l’effort de construction (ex-1 % Logement), a annoncé, jeudi 10 janvier, un « plan d’investissement massif de neuf milliards d’euros sur quatre ans », de 2019 à 2022, pour le logement des salariés modestes. « Dans le débat sur le pouvoir d’achat, et pour répondre à l’urgence d’une crise majeure du logement, nous voulons renforcer l’utilité sociale du 1 % et avons adopté ce plan volontariste, à l’unanimité des syndicats de salariés et patronaux », se félicite Bruno Arcadipane, son président, représentant, lui, le Medef.

Il s’agit d’abord d’aider, grâce à des subventions et à des prêts bonifiés (jusqu’à 20 000 euros par dossier), les locataires et propriétaires modestes à rénover leurs logements – notamment pour améliorer la performance thermique –, en y consacrant un milliard d’euros. Une deuxième priorité est l’adaptation des logements au vieillissement des habitants, par exemple en substituant des douches à l’italienne aux anciennes baignoires, causes d’un grand nombre d’accidents domestiques. Deux milliards d’euros y seront consacrés, qui serviront aussi à rénover les 540 établissements d’hébergement pour personnes âgées appartenant à Action Logement ou à ses partenaires.

Le troisième chantier porte sur la lutte contre la dégradation de l’habitat ancien, dont les 600 000 logements insalubres recensés dans l’Hexagone (un milliard d’euros). Action Logement se propose de racheter, par le biais de sa filiale Association Foncière Logement, des lots dans des copropriétés en difficulté et, dans les zones où il en existe beaucoup, des appartements vacants pour, si besoin, les démolir – les organismes HLM chiffrant à 8 000 unités par an les besoins de démolition. En outre, 350 millions seront dévolus à la mobilité des salariés, en les aidant à déménager (1 000 euros par dossier) et en finançant la création d’espaces de travail partagés. Un volet est consacré au logement en outre-mer (1,5 milliard d’euros).

Fidèle à sa mission première, l’ex-1 % Logement veut aussi accroître l’offre de logements sociaux, transformer des bureaux vacants en appartements (1,5 milliard d’euros) et favoriser l’accession sociale à la propriété, en particulier dans les villes moyennes. A cette fin, il aura recours à la nouvelle formule juridique de l’organisme foncier solidaire (OFS), actuellement testée à Lille, bientôt à Paris et dans des dizaines de villes, qui allège considérablement le prix d’accession. Avec ce montage, le logement appartient bien à l’acquéreur (sous conditions de ressources), mais pas le terrain, qui reste propriété de l’organisme collectif garant de la pérennité de cet avantage auprès des acquéreurs successifs.

Force de frappe financière

« Ce sont bien de nouveaux moyens qui s’ajoutent aux 15 milliards d’euros qu’Action Logement s’est déjà engagé à dépenser dans le cadre de la convention quinquennale avec l’Etat », a précisé M. Arcadipane. « Tu vois, Julien, nous assumons pleinement nos responsabilités, et les corps intermédiaires sont au rendez-vous », a lancé Patrick Martin, vice-président du Medef, à l’adresse de Julien Denormandie, ministre de la ville et du logement. « Ce plan ambitieux, élaboré dans le dialogue et la concertation, est tout à fait complémentaire de la politique que nous menons », a confirmé le ministre.

Cette initiative démontre la force de frappe financière d’Action Logement, capable de débloquer neuf milliards d’euros en un tournemain : trois milliards sont issus de ses fonds propres et six seront empruntés sur les marchés, l’organisme ayant l’intention de se faire noter par les agences internationales pour obtenir les meilleures conditions de prêt. En outre, il jouit chaque année d’une manne de 3 milliards d’euros provenant, pour moitié, des remboursements de prêts consentis aux salariés pour acheter un logement ou y faire des travaux, et pour moitié des cotisations (0,45 % de la masse salariale) des entreprises de plus de 20 salariés.

« En réunissant en 2017, en un seul organisme, les vingt collecteurs qui existaient avant, nous avons consolidé nos comptes, ce qui, en mobilisant davantage nos réserves de 13 milliards d’euros, nous donne une marge de manœuvre, a expliqué Bruno Arbouet, directeur général d’Action Logement. Les emprunts que nous envisageons restent très mesurés et ne provoquent qu’une simple mise sous tension de notre modèle économique. » Le plan annoncé permet à la société de conserver la maîtrise de ses dépenses, mais surtout de mettre ses ressources à l’abri des appétits du ministère des finances.

 

Isabelle Rey-Lefebvre | Source : Le monde