ADEME

Ademe

ADEME s’implique depuis près de 20 ans dans la lutte contre la précarité énergétique, au travers de nombreuses actions de formation des travailleurs sociaux, de sensibilisation des ménages et de soutien à des projets locaux ou nationaux visant à la rénovation des logements des ménages modestes, propriétaires ou locataires. Elle a porté son action, orientée selon cinq priorités, sur l’amélioration énergétique des logements occupés par les ménages en situation de précarité énergétique :




1. Diffusion de l’expertise sur les bonnes pratiques en matière de lutte contre la précarité énergétique
L’ADEME a organisé en 1999 le premier colloque sur le sujet en France, « Maîtrise de l’énergie dans les logements et lutte contre l’exclusion ». Elle aide également depuis plusieurs années les acteurs locaux (conseils généraux, régionaux et collectivités locales, réseaux associatifs, etc.) à prendre des mesures concrètes de lutte contre la précarité énergétique :
- Capitalisation des expériences dans une plaquette et un guide publiés en mars 2008 : « Comment mettre en place un Fonds social d’aide aux travaux de maîtrise de l’énergie en faveur des ménages défavorisés », décrivant en 76 fiches pratiques la méthodologie de mise en place de ces dispositifs locaux.
- Partage d’expériences avec d’autres pays européens dans le cadre du projet EPEE1, qui a notamment donné lieu à l’élaboration de deux guides (publiés en septembre 2009) : un guide européen de recommandations à l’attention des décideurs politiques et un guide national pour les collectivités. Les résultats des projets ont été présentés lors d’un colloque national (septembre 2009) et européen (octobre 2009) à Paris.
- Animation de la rubrique Précarité Énergétique sur le site www.ademe.fr

2. Soutien à la mise en place de l’Observatoire national de la précarité énergétique
Afin d’évaluer la faisabilité d’un Observatoire de la Précarité Energétique, l’ADEME a commandé au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, en 2007, une étude, dont les résultats ont montré l’intérêt d’un tel outil et ont permis de mobiliser les partenaires. A la croisée des secteurs du logement, de l’action sociale et de la maîtrise de l’énergie, l’Observatoire national de la précarité énergétique compte 13 partenaires, dont 7 participent à son financement : l’ADEME, EDF, MNE, GDF SUEZ, l’ONPES, l’USH2. L’ADEME financera l’Observatoire à hauteur de 50%, soit 450 000 € sur 3 ans. Elle anime le comité de pilotage depuis 2009 et assurera dès le 1er mars le secrétariat des comités d’orientation et technique.

3. Élaboration et diffusion de formations
Entre 2000 et 2009, l’ADEME a proposé une formation de 4 jours pour les Conseillers en économie sociale et familiale et les Conseillers logement qui a permis de former 450 personnes en 34 sessions. Depuis 2007, un module de 2 jours est également destiné aux assistants de services sociaux. Dès 2011, plus de 100 conseillers INFO-> ENERGIE seront formés chaque année via un module de 2 jours. Les travailleurs sociaux recevront également une formation spécifique au travers de modules de 2 + 1 jours.

4. Appui aux démarches innovantes pour lutter contre la précarité énergétique
L’ADEME soutient des expérimentations locales déployées avec les conseils généraux et les conseils régionaux en fonction des priorités fixées dans les Contrats de Projets Etat-Régions. L’ADEME encourage la recherche, notamment grâce à l’appel à projets du PREBAT lancé avec le Plan Urbanisme Construction Architecture et l’Anah ; 20 projets ont ainsi été soutenus pour un montant total d’aides de 1,7 M€. Par ailleurs, l’ADEME lie des partenariats avec des organismes nationaux actifs, tels que Habitat & Développement, Association nationale des compagnons bâtisseurs, Fédération des PACT, et CLER. Enfin, elle a contribué à créer le réseau RAPPEL3 en 2006, qui est aujourd’hui également soutenu par la Fondation Abbé Pierre, EDF, GDF SUEZ et la Fondation Nicolas Hulot.

5. Expertise auprès du MEDDTL
L’ADEME a appuyé le Ministère pour la mise en place du crédit d’impôt développement durable et de l’Eco-prêt à taux zéro et continue à apporter son expertise pour augmenter l’accessibilité des outils financiers pour les ménages modestes. Elle intervient également auprès des banques pour adapter le micro-crédit au financement de travaux de performance énergétique. Elle a en outre soutenu le projet européen FinSH (Financial and support instruments for fuel poverty in social housing) qui étudie les outils financiers pour diminuer la précarité énergétique.

(voir le site)