La précarité énergétique : avoir froid ou dépenser trop pour se chauffer

31 Mai 2011

La loi reconnaît la précarité énergé- tique comme une difficulté à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d’habitat. Dans tous les cas, le ménage doit alors faire des arbi- trages : se chauffer au risque d’impayés ou ne plus se chauffer et subir les consé- quences du froid sur sa santé, son loge- ment, sa vie sociale.

Ainsi, 3,8 millions de ménages de France métropolitaine ont un taux d’effort éner- gétique supérieur à 10 % de leur revenu tandis que 3,5 millions déclarent souf- frir du froid dans leur logement. Les ménages modestes sont surtout expo- sés au froid car ils cumulent des contraintes financières et un habitat peu performant. 621 000 ménages souf- frent des deux formes de précarité.